Danses de la Terre
☼ 22/10/2012
Dans le cadre d’un projet d’avenir, les élèves de la classe de terminale « Service en milieu rural » sont sensibilisés à la danse contemporaine. Un DVD est réalisé à partir de vidéos courtes, collectées sur internet et réunissant des danses de la Terre. Le choix étant fait à partir des élèves qui ont pour chacun donné un pays où il souhaiterait se rendre…

Les interventions ont eu lieu les 22 octobre, 17 décembre 2012, 6 janvier, 19 & 20 février 2013.

Si l’on s’intéresse aux danses traditionnelles ou danses du monde, le rapport à la terre est essentiel quel que soit le terroir. Il en est de même des danses de la Terre où l’on peut observer par exemple les frappes de pieds des danses indienne et flamenca, ou les sauts de la danse africaine pour ne citer que ces exemples.

◊ Remerciement à Catherine Picot et Cyndia Ruiz, enseignantes et Michel Manadé, codirecteur
⇒ Brens

∼ Inéopôle Formation Brens ∼
Qu'est-ce pour toi : la nature ?

La forêt.
La rivière, un fleuve. (Laisses-en pour les autres !)
L'air de la nature, quand on part de notre ville, on change d'air.
Moi je dirais les feuilles. (Les feuilles ?) Oui, les feuilles des arbres.
La liberté : quand on est dans la nature, en campagne ou quoi, on se sent libre.
L'air pur.
Le calme, le silence.
Moi, c'est la terre.
Les oiseaux.
La détente : on est bien dans la nature, ça détend.
Les animaux.
La sérénité (Qu'est-ce que c'est ça ?) C'est un moment d'évasion.
La campagne. (Oula !)
Moi, la prairie au milieu des bois.
Euh, les animaux sauvages.
Moi le calme et la forêt.

(PF)
C'est l'opposition d'avec culture. Comment ça, "j'ai pas compris". Pour la culture c'est lié à l'homme, c'est toutes les actions de l'homme. Et la nature, en principe, c'est ce qui peut exister sans l'homme : donc la nature est opposée à la culture. (...) C'est de plus en plus rare…
Qu'est-ce pour toi : le paysage ?

Paysage ? Paysage.
La nature c'est un paysage.
Moi je pense qu'un paysage c'est quelque chose de beau, qu'on a envie de regarder.
C'est des mélanges de tout ce qui compose la nature.
C'est ce qu'on a en face de soi, qu'on regarde.
Un paysage ça me fait penser à la protection de la nature.
Un décor.
Un décor naturel qu'on a envie de mémoriser.
Un regroupement de plusieurs éléments de la nature.
Un tableau.
Un endroit ou quelque chose qu'on aime bien.
Un lieu qui est dans la beauté, qui est beau. (qu'est ce que c'est la beauté ? qu'est ce qui est beau pour toi ?) Ca dépend, ça peut être sur le moment, ou j'en sais rien, un paysage de la nature, ou pas forcément, la ville, ou… sur le moment, qu'on regarde.
Un lieu agréable à regarder.
Un endroit de la nature qu'on aime bien regarder.
(Tu habites en ville ou campagne ? En Brousse ? (…) )
Un mini voyage : parce que chaque paysage est différent, et à chaque fois qu'on change de paysage, on voyage. (Waaah quelle poète.) Le ciel. Parce que dans le paysage c'est beau aussi. (Toi t'es beaucoup dans l'air. Surtout en ce moment).
Un paysage c'est quelque chose qui a plusieurs images. Dans une année, un paysage change. (Très important)

(PF)
Une définition quasi complète à vous tous. Sachant que le paysage ça n'existait pas pour les peuples, disons plus primitifs, par ce qu'il n'y avait encore pas de représentation de la nature, parce que les hommes sont, eux mêmes un élément de la nature, donc ils ne se différencient pas, donc il n'y a pas de paysage.
Le paysage c'est quand l'homme s'est différencié de la nature, et il l'a regardé devant lui, et il s'est mis dans une autre position que d'être immergé dans la nature. (…) les indiens d'Amazonie. Pour qu'il y ait paysage, il faut se séparer de la nature et la mettre devant soi et la regarder, donc c'est un tableau, donc c'est tout ce que vous avez dit. (…)
Quelle est votre relation à la terre ?

Aucune.
Je la protège pas moi la terre.
Le recyclage. Et aussi souvent "style jardin" et tout ça. Quand mon père il a besoin d'aide : j'y vais. Des fois ça me prend avec ma soeur d'aller planter des trucs… Mais après, juste quand y'a besoin d'aide.
Potager, mais il fait à peu près la surface de tout ça.(la salle) On l'a eu fait pas mal (nourrir toute la famille) mais là il a un peu rétréci un peu… Donc là un peu moins quand même.
Moi, rien. (grand-père ? nan ? alors grand-mère.) Non (jamais dans le jardin) : moi c'est plutôt devant l'ordi. J'y vais après dans mon jardin, quand on me l'impose aussi. C'est pas du spontané. L'été j'y vais. 2 semaines, trois semaines par an.
Moi la terre ça me fait penser au travail des champs, aux gens avant qui travaillaient dans les champs. Avec les boeufs, tout ça les charrues.
Moi le jardin. De légumes. De la maison, des grands-parents et tout ça. (Une ferme dans la famille. Tu y vas ? Non) Mais là j'ai un jardin chez moi, donc j'y vais. Les deux (ta mère ou ton père).
Les champs de tabac. Parce qu'en fait depuis petite, j'ai grandi l'été, à voir les gens récolter le tabac. Maintenant moins parce que ça rapporte plus assez, mais quand j'avais 7-8 ans.
Moi, ça serait de passer la tondeuse, dans le jardin à mon tonton. Avec la tondeuse mécanique. (Ca tue ça ! Ca ça démonte hein ! ) Moi je la conduis. Donc voilà, ma relation à la terre.
Le jardin de ma grand-mère. (Il est beau ? Elle y travaille beaucoup ? Tu y vas parfois avec ta gd mère ?) Oui.
Moi, c'est ramasser les légumes avec mon grand-père. (… T'aimes ça parce que tu es avec ton grand père(…), ou c'est le fait d'être dans le jardin que tu aimes ?) Les deux je pense. Je le fais depuis toute petite et c'est resté. Ça m'occupe.

(Vous pensez que vous en aurez besoin à un moment donné quand il n'y aura plus votre grand-mère ?)
Ben oui. Oui oui. Ça va manquer quand même hein. Ben oui, pour plus tard. Oui mais ce sera pas pareil je pense. Complètement différent.
(Qu'est ce qui est différent ?)
Si je le fais toujours mais sans eux, ce sera pas… Y'a un manque en fait.
(Du coup ils vous ont appris plein de choses ?)
Hmmm. Oui.
(La terre : ça peut être la terre d'où on vient.)
Semer des légumes avec mon grand-père. (Tu le fais encore ?) Non. (Souvenir d'enfant ?) Oui.
Moi c'était la forêt : aller cueillir des champignons avec ma mère, et le muguet.
Les oliviers. Par ce que ça appartenait à mon grand-père et qu'il l'a laissé à ma mère et à ses frères et soeurs.
Moi mes deux grands-pères. Je faisais du jardinage avec eux. Ils habitent loin, quand je passais les vacances avec eux quoi. Ils habitent après Toulouse.
Le jardin de famille de mon père. Un potager et les champs à côté. J'ai toujours été dedans.
Le potager de mon grand-père, et la maison de campagne avec mon oncle. On le fait encore des fois, pendant les vacances.

(PF)
Je trouve qu'il y en a beaucoup. En premier, c'est mon grand-père. J'adorais aller au jardin avec mon grand-père. Et j'ai des souvenirs très sympas, avec des lapins, (des lapins ?) des clapiers, des petits lapins.(c'est trop mignon ça !) J'ai ce souvenir là, oui j'ai été attachée à ça : alors on allait dans son jardin, je ne pense pas qu'il s'occupait particulièrement de nous, on était une famille nombreuse, on était cinq. J'aimais bien aller dans son jardin avec lui. Après je trouve que la terre c'est beaucoup lié à l'appartenance identitaire, à la question d'appartenir à… Par exemple moi, je ne peux pas dire que je viens de quelque part. Bon je suis née à Paris, mon père est fils d'émigré sicilien… Je ne peux pas vraiment dire que je viens de quelque part. Par rapport à d'autres gens, ils sont nés là, leurs familles sont là… Par exemple, mon compagnon, ses parents, sa mère est née dans ce village là, toute sa famille est là et une fois on a été dans le cimetière et tous les gens qu'il y avait sous la terre elle les connaissait, elle connaissait tout le monde, elle savait qui était qui… Mais c'est extraordinaire, ça c'est fini, ça, plus personne… Enfin je veux dire, ça n'existe plus, c'est une espèce de musée à elle toute seule. (Un musée ?! Ahah)
Donc c'est vrai y'a le fait d'appartenir à une terre. Et puis la terre aussi je trouve que c'est lié à… la nature, c'est plutôt peut-être du côté du féminin la terre, peut-être pour moi. Par ce que la terre c'est tout ce qui va pousser, c'est la gestation, donc ça rappelle aussi la maternité, etc. Donc pour moi la terre c'est plutôt féminin.
Et puis aussi, la terre c'est les morts, c'est ceux qui sont sous la terre. En fait c'est énorme. En fait vous savez qu'au début, il n'y avait pas de terre. Il y avait de l'eau, il n'y avait pas de terre. La vie elle est venue de l'eau. (…)
Pourquoi alors il y a de la terre ?
(Ben, à cause du réchauffement climatique l'eau s'est évaporée et ça fait de la terre.) Ah nan nan nan.
Toute la terre c'est un processus de décomposition et de mort en fait. Et oui. Mais ça n'existait pas au départ. C'est à dire qu'en fait la vie est sortie de l'eau, le végétal est apparu, le végétal a poussé, et c'est toute la décomposition du végétal, des feuilles, des arbres, des forêts… C'est toute cette décomposition là, sur des milliards d'année, qui a fait la couche de terre. Au départ il n'y a pas de terre. Donc c'est bien le processus de décomposition et de mort qui a créé la terre. Donc pour moi la terre ça fait aussi partie de ce cycle, à la fois de vie, parce que je parlais de gestation, ça pousse ; mais aussi de mort, parce que s'il n'y avait pas ce processus de décomposition - le geste généreux des feuilles qui tombent au sol - pour que le cycle se reproduise à nouveau, on ne serait pas là. Et il n'y aurait pas de terre.
La Terre c'est un caillou, et dessus y'a de la terre.
Menu :