Danser dans le paysage
Épisode 6
☼ 17/03/2013



Bibliographie :
Maria LÉAO, La présence totale au mouvement, Édition Point d'appui, 2003
Danis BOIS et Ève BERGER, Le fondamental en mouvement, Édition Le souffle d'or, 1995
(...) Il entendait établir comment, dans le mouvement rectiligne, il y a la possibilité d'un arrêt, d'une discontinuité, et d'un retour dans le mouvement, ce qui entraîne son imperfection. Au contraire, le mouvement circulaire est "continu" et ne s'interrompt "pendant aucun temps" : d'où la conséquence surprenante au premier abord : c'est dans la circularité que réside la nouveauté, et dans la linéarité la répétition.

Michel Pelissier, Anfractuosité et unification : la philosophie de Nishida Kitaro, 2009
Pouvez-vous me citer un ou plusieurs mouvements liés à la terre, à la nature, au paysage ?

(JML) Je dirais marcher, mais arpenter plus que marcher. Tu marches chez toi alors que dehors tu arpentes. (ML) Je pensais à courir.
(MO) Je pensais à marcher aussi et la foulée. On foule le sol, ou fouler la terre.
(N) La terre et l'idee de se courber, se pencher. Pour planter.
(JML) Cueillir.
(rires)
(ML) Moi aussi j'avais cueillir.
(?) Caresser, toucher. Bien, pas effleurer quoi !
(?) moi aussi j'étais dessus, cercler, bêcher.
(PF) Est ce que vous pouvez avoir un point de vue moins anthropocentré ?
(rires)
(N) sur la terre c'était ça, et après nature ou paysage pour moi, mouvement dans le paysage : le vent.
(?) Virevolter...
(N) C'est le mouvement du vent, donc c'est le souffle.
(JML) La question, c'était... un geste c'est ça ?
(PF) Un mouvement j'ai dit mouvement et après je dis du coup, la question c'est la question du mouvement dehors.
(JML) d'accord d'accord d'accord ... Ce qu'on se disait en arrivant ce matin, c'est le mouvement de la planète, et on disait, à chaque fois que l'on vient c'est différent : ah tiens l'herbe a poussé, donc ça veut dire que... y'a un mouvement, mais c'est un mouvement... Céleste.
(?) Les saisons...
(?) C'est tourner les bras ouverts.
(ML) Les feuilles qui tombent.
(?) Le mouvement des collines.
(JML) Le mouvement des collines, c'est un mouvement en fait qui est figé...
(?) Il y a des choses radicales dans le paysage.
(PF) Si on se place à l'échelle d'une vie humaine ça ne bouge pas beaucoup, mais sur une plus grande période...
(?) Après... mouvement ?
(rires)
La force de dessous, la force qui soutient le paysage. Enfin, la terre finalement ça ne bouge pas, ça soutient, donc c'est... et ça..
(rires) (?) La force tranquille.
(PF) Non, mais je comprends, mais j'ai du mal à poser des mots dessus. Mais... est-ce que ce n'est pas la force de l'attraction terrestre ?
(?) Je suppose. Ça ne s'écrase pas, ça...
(ML) La course des nuages.
(JML) C'est sûr que si tu considères le vent, ça génère énormément de mouvements ; les herbes, les branches... Je veut dire, tout d'un coup, tout bouge.
(?) La course du soleil aussi !
(N) J'ai été en Finlande, et la course du soleil n'était pas la même qu'ici... Toute la journée, le soleil reste visible, mais presque au ras du sol... On ne sait pas s'il est en train de se lever, de se coucher, il est là, il n'est bientôt plus là, mais il vient d'arriver.
(?) Et en terme de mouvement, je ne sais pas si ça rentre mais je sais pas : l'animal.
(PF) Oui, l'animal. Toi qui est apicultrice en plus, c'est quelque chose le mouvement des abeilles. Je trouve qu'à la campagne il n'y a que ça qui fait vraiment nature, c'est quand l'animal sauvage surgit dans ton champ visuel. Parce que, normalement, c'est un surgissement quand tu croises une biche, un chevreuil... Quand tu croises un blaireau, là ça fait vraiment un surgissement de la nature sinon quand tu habites ici ça ne fait pas vraiment nature.
(M) c'est marrant parce qu'à Londres par exemple, il y a des renards. Ils sont dans la rue, et puis il y a un renard comme ça. C'est super bizarre devant le métro. Et c'est vraiment un surgissement. Et dans un environnement qui est très urbain en plus. C'est du béton, et c'est très étrange... deux sphères qui se rencontrent.
(N) Les phénomènes de volcans, de séismes.
(ML) Les marées.
(?) Après il y a l'eau.
(M) Oui il y a l'eau, la rosée, la pluie, et tout.
(JML) La rivière qui s'écoule.
(PF) Ah ! la voilà, la rivière qui s'écoule.
(N) Ah. justement la fonte des neiges.
(ML) Les vagues...
(JML) Les vaguelettes.
(rires)
(PF) Et sur l'activité humaine...?
(ML) Les avions.
(?) Les transports.
(PF) Tout ce qui est lié aux transports, le transport d'énergie aussi.
Le dernier c'est le mouvement de la pensée. C'est quand même important, individuelle et notre pensée aussi... Justement quand tu es dans le jardin, que tu travailles, C'est un monde de silence, la pensée se déroule comme ça... Ça vide la tête, c'est incroyable...
Menu :